|
|

Le sous-titrage pour les malentendants : quésaco ?

Publié le 05/12/2022

Avez-vous déjà songé à l'importance du libre accès à la télévision, au cinéma ou même à vos chaînes YouTube préférées ? De nombreuses personnes n'en bénéficient pas. En voici la raison.

L'un des principaux objectifs de la traduction audiovisuelle est de contribuer au rapprochement entre les différentes cultures et langues. Le doublage et le sous-titrage sont nous permettent d'accéder à différents types de contenus, quelle que soit notre langue maternelle. Cependant, le sous-titrage ne vise pas seulement à nous rendre possible la compréhension de contenus en anglais ou dans d'autres langues.

Les sous-titres SDH et codés constituent un type particulier de sous-titrage qui, plus qu'une simple traduction localisée, permet de rendre le contenu accessible aux personnes malentendantes. Comme les sous-titres ordinaires, ils peuvent être utilisés à la télévision, au cinéma et dans le monde audiovisuel en général, pour satisfaire les utilisateurs incapables de percevoir le son.

1. En quoi diffèrent-ils des sous-titres ordinaires ?

1.1. Auto-description

Il est facile d'imaginer qu'une personne malentendante ne nécessite que des sous-titres pour apprécier un quelconque contenu, mais réfléchissez un instant à la quantité d'informations que nous percevons par l'ouïe, non seulement devant un écran, mais dans la vie quotidienne en général. Un son ambiant, une musique, un coup de tonnerre, tous ces éléments sont souvent utilisés dans l'univers cinématographique et télévisuel, et sont insaisissables au moyen de simple sous-titres.

C'est pourquoi l'autodescription est un aspects essentiels de la conception de sous-titres SDH. Elle permet de décrire des scènes, en saisissant des détails ne pouvant être perçus par l'œil humain. Cela facilite la compréhension de l'intrigue par le téléspectateur malentendant.

1.2. La taille des lettres

Idéalement, la police des sous-titres codés se doit d'être plus grande que celle des sous-titres standard. Il est déjà arrivé à nombre d'entre nous de ne pas être en mesure de lire certains sous-titres en raison de caractères trop petits ou illisibles. Pour une personne malentendante, le problème qui se pose est alors bien pire, du fait de sa dépendance à l'égard des sous-titres pour accéder au contenu.

La taille des caractères, la police et la couleur doivent assurer une bonne lisibilité de la traduction audiovisuelle. L'idéal est d'ajouter un fond noir semi-transparent aux sous-titres. En outre, la police doit être adaptée à la langue dans laquelle les sous-titres sont traduits. Celle-ci est différente selon qu'il s'agisse de sous-titres en anglais, français ou espagnol ou de sous-titres en arabe, chinois ou russe. L'important est que l'écriture soit aussi lisible que possible.

1.3. La couleur des lettres

Comme expliqué ci-dessus, les sous-titres SDH et codés doivent inclure une audiodescription mentionnant toutes les informations relatives à la dimension auditive du film ou de tout autre contenu audiovisuel. Idéalement, ces informations sont mises entre parenthèses. D'autre part, le dialogue doit être différencié par couleur, de manière à identifier chaque personnage au moyen d'une couleur différente. Ainsi, la personne malentendante pourra déterminer rapidement quelles paroles correspondent à quelle personne.

1.4. La vitesse des sous-titres

En principe, les sous-titres codés sont généralement plus courts que les sous-titres traditionnels. Comme nous ne sommes pas tous capables de lire à la même vitesse, les informations doivent être concises, tout en restant fidèles au contenu original. Il s'agit de l'une des tâches les plus complexes dans la conception de sous-titres pour les personnes malentendantes. Les textes doivent être brefs, sans que le contenu des dialogues ne soit perdu.

Ce type de sous-titrage n'est pas seulement important pour les malentendants, il est également crucial pour un large éventail d'entreprises, d'entrepreneurs et de créateurs de contenu, car il leur permet de toucher un public plus large. La plateforme YouTube, par exemple, compte des millions de vidéos dotées d'une traduction audiovisuelle de l'anglais vers le français. Cependant, la plupart de ces traductions sont créés au moyen du dispositif de reconnaissance vocale de la plateforme, qui ne fonctionne pas toujours bien et manque de fonctionnalités en termes d'accessibilité pour les personnes malentendantes.

Aussi, afin de concevoir des sous-titres de qualité, il est préférable de faire appel aux services d'une société de traduction spécialisée dans ce secteur, ou à une société de sous-titrage professionnelle expérimentée en la matière.

Portrait de Virginia Pacheco
Virginia Pacheco

Rédactrice de blogs et responsable de communauté intéressée par le multiculturalisme et la diversité linguistique. Depuis sa Vénézuela natale, elle a beaucoup voyagé et vécu en France, en Allemagne, au Cameroun et en Espagne, transmettant ses expériences interculturelles à sa passion pour l'écriture.

Ajouter un commentaire