|
|

Que dois-je savoir si mon entreprise a besoin d'une traduction en norvégien?

Publié le 16/08/2021

Le norvégien est une langue germanique qui descend du vieux norrois, la langue parlée par les Vikings au Moyen Âge. La complexité de cette langue s’en trouve encore augmentée à l’écrit par la présence de deux standards officiels : le « bokmål » signifiant « langue des livres », issue de l’influence danoise, et le « nynorsk », plus récent.

Même si la plupart des Norvégiens parlent aussi couramment l’anglais, il peut arriver que l’on vous confie des textes à traduire en norvégien. Voici les points principaux à connaître pour s’assurer de la qualité d’une traduction d’entreprise en norvégien.

1. Traduction en norvégien : bokmål ou nynorsk ?

Traduction en norvégien bokmål ou nynorsk

La question ne devrait pas se poser trop longtemps : à moins de consignes expresses et fort peu probables, les traductions d’entreprise en norvégien doivent s’effectuer en bokmål. Ces deux standards, qui se ressemblent beaucoup, ne s’appliquent pas de manière homogène.

De 85 % à 90 % de la population utilise le bokmål, ainsi le nynorsk s’utilise très peu pour les traductions du français.

2. Vérifier les accents corrects dans la traduction en norvégien

Vérifier les accents corrects dans la traduction en norvégien

Le norvégien écrit comporte des caractères spéciaux, correspondant aux différentes sonorités typiques de la langue, que vous avez peut-être déjà vus : å, ø, æ.

Une traduction correcte en norvégien doit bien sûr comporter les bons accents. Nous attirons votre attention sur ce point car il peut souvent arriver, dans le cas des noms propres scandinaves, que le « å » (qui correspond à notre son « o ») soit orthographié « aa », ce qui est juste dans ces situations précises, mais faux dans les autres.

La lettre å vient du danois et a remplacé le digramme aa lors de son introduction en 1917. Si vous voyez des « aa » dans la traduction en dehors du cas particulier que nous avons cité, il peut s’agir d’une tentative de remplacement de cette lettre lorsque le clavier utilisé ne comporte pas les accents norvégiens.

3. Pourquoi faut-il éviter les traductions automatiques en norvégien ?

Pourquoi faut-il éviter les traductions automatiques en norvégien

Le norvégien, langue mineure, est mal pris en charge par les traducteurs automatiques comme Google Traduction. Bien sûr, cela peut être pratique pour comprendre le sens de textes en norvégien, mais la qualité des traductions automatiques français-norvégien n’est pas suffisante pour leur donner une valeur commerciale.

En d’autres termes, si votre entreprise a besoin d’une traduction en norvégien, qui est une langue rare, elle ne pourra pas se passer d’un traducteur professionnel ou d’une agence de traduction.

On peut néanmoins utiliser les outils de traduction en ligne comme ceux proposés par Norvege-fr.com pour apprendre la langue norvégienne.

4. Les traductions en norvégien ont un coût

Les traductions en norvégien ont un coûtç

Selon la loi de l’offre et de la demande, ce qui est plus rare est plus cher et votre entreprise doit être prête à payer plus que dans le cas de langues courantes telles l’anglais ou l’allemand.

Il faudra donc qu’elle prépare un budget en conséquence : le prix à payer pourra être le double du prix d’une traduction dans une langue bon marché, voire plus.

Notre agence de traduction AbroadLink Traductions vous conseille pour vos traductions en norvégien et vous aide à trouver les meilleures solutions pour réduire les coûts des traductions de qualité dans cette langue.

Ces articles pourraient vous intéresser :

Portrait de Virginia Pacheco
Virginia Pacheco

Rédactrice de blogs et responsable de communauté intéressée par le multiculturalisme et la diversité linguistique. Depuis sa Vénézuela natale, elle a beaucoup voyagé et vécu en France, en Allemagne, au Cameroun et en Espagne, transmettant ses expériences interculturelles à sa passion pour l'écriture.

Ajouter un commentaire