|
|

Que signifie l'expression Traduttore, traditore?

Publié le 25/04/2022

La pratique de la traduction est source de suspicion. Traduire implique d'interpréter et, par conséquent, peut générer des réactions en termes d'éthique, de littéralité ou de fidélité. L'expression italienne Traduttore, traditore se traduit par « Traducteur, traître » et fait référence à l'imprécision implicite de l'acte de traduire. Cependant, bien que la transparence et la fidélité totale soient peut-être des objectifs irréalisables pour le traducteur, nous ne pouvons ignorer que, grâce à la traduction, des liens ont été établis dans le monde entier et que des barrières culturelles ont été brisées pour unifier des modes de pensée différents ou pour conserver dans la mémoire globale les événements et les manifestations ayant donné naissance à différentes cultures.

Índice de contenidos

Index of contents

Index du contenu

Inhaltsverzeichnis

  1. Traduttore, traditore
  2. Est-il possible d'obtenir une traduction parfaite ?
  3. La traduction est une utopie

1. Traduttore, traditore

Traduttore, traditore fait allusion à l'imprécision et aux erreurs que font certains traducteurs. Bien qu'il n'existe pas de traduction parfaite, il y a de bonnes traductions et bien entendu, de mauvaises traductions. Traduire consiste à dire « la même chose » dans une autre langue. Toutefois, cela ne suffit pas. Umberto Eco explique qu'il est important de comprendre que l'on ne dit pas toujours la même chose, mais « presque » la même chose. La flexibilité ou l'élasticité de ce « presque » est décisive car seul un bon traducteur sait jusqu'où il peut étirer une traduction et comment il peut l'adapter.

Les personnes étrangères au monde de la traduction commettent souvent l'erreur de penser que traduire un texte se limite à utiliser un dictionnaire et à rechercher systématiquement les mots qui composent un discours. En réalité, la tâche va beaucoup plus loin. La traduction exige une maîtrise approfondie de la langue cible mais elle requiert également une vaste connaissance de son contexte. Les circonstances historiques, sociales et culturelles déterminent la façon de penser dans chaque région du monde. Par conséquent, différentes réalités culturelles se créent, et doivent être parcourues et assimilées avant de pouvoir élaborer une traduction précise.

2. Est-il possible d'obtenir une traduction parfaite ?

Un bon traducteur ne doit pas seulement avoir une maîtrise avancée et approfondie des langues avec lesquelles il travaille. Il doit également tenir compte d'autres niveaux de signification plus poussés que la construction formelle. La maîtrise des sens dénotatif et connotatif est un facteur déterminant pour parvenir à une complète compréhension du message original. Ce n'est que de cette manière qu'il est possible d’élaborer un discours analogue, ou du moins aussi analogue que possible.

Un traducteur professionnel sait qu'il doit reproduire toutes ces significations (dénotatives et connotatives) sans recourir à la langue source. Son travail consiste précisément à les reproduire dans la langue cible. C’est la tâche la plus importante et celle qui peut faire toute la différence entre traduction et trahison.

3. La traduction est une utopie

De nombreux chercheurs affirment que la traduction elle-même est une utopie. Pour eux, traduire un texte avec une fidélité absolue est impossible. Ortega y Gasset l'a lui-même qualifié d’acte irréalisable et a affirmé que dans ce monde coexistent diverses images mentales et des cultures extrêmement différentes. Selon lui, les êtres humains ne sont pas prêts à se mettre « à la place des autres » et, en ne comprenant pas les réalités culturelles extérieures, les langues étrangères demeurent également inaccessibles.

Cependant, nul besoin d’être aussi radicaux. Une traduction précise et adaptée aux exigences du texte et de ses interlocuteurs nécessite un haut niveau de connaissances, non seulement linguistiques, mais aussi humaines, culturelles et contextuelles. Mariana Frenk-Westheim a affirmé que même si les traductions parfaites n'existent pas, les très bonnes traductions existent, bien que, pour y parvenir, le traducteur doive se montrer très rigoureux et s'investir pleinement dans l'atteinte de ses objectifs. Une très bonne traduction nécessite la gestion et la maîtrise d'un grand nombre de paramètres, de concepts et, en outre, une certaine intuition.

Ces articles pourraient vous intéresser :

Portrait de Virginia Pacheco
Virginia Pacheco

Rédactrice de blogs et responsable de communauté intéressée par le multiculturalisme et la diversité linguistique. Depuis sa Vénézuela natale, elle a beaucoup voyagé et vécu en France, en Allemagne, au Cameroun et en Espagne, transmettant ses expériences interculturelles à sa passion pour l'écriture.

Ajouter un commentaire