|
|

Quelles sont les différences entre l'anglais britannique et américain ?

Bien que séparés par un vaste océan, le Royaume-Uni et les États-Unis sont les deux faces d'une même médaille : deux pays frères unis par une même langue, mais avec des personnalités culturelles très différentes. Cela se reflète dans la façon dont l'anglais est employé sur leur territoire, de sorte qu'on peut distinguer l'anglais britannique de l'anglais américain.

Dans une traduction, ces différences, loin d'être anecdotiques, peuvent semer la confusion, menacer la cohérence ou être source d'incompréhension. Il est donc primordial d'accorder le plus grand soin à chaque variante linguistique et en délimiter les usages. D'une certaine façon, la situation est la même pour l'espagnol d'Espagne et l'espagnol d'Amérique latine, ou pour le français d'Europe et celui du Québec.

1. L'anglais : de langue insulaire à lingua franca

La langue du XXe siècle

1.1 La langue du XXe siècle

L'énorme expansion de l'anglais, qui a réussi à détrôner le français et devenir la nouvelle lingua franca, est sans doute l'un des phénomènes linguistiques les plus remarquables de ce dernier siècle. Selon une étude de l'Eurobaromètre de la Commission européenne (2006) Europeans and their languages, la majorité des Européens (56 %) sont capables de maintenir une conversation dans une langue qui n'est pas leur langue maternelle, ce qui signifie qu'ils ont des connaissances dans une deuxième langue. L'anglais se classe en tête de cette liste (38 %), suivi du français (14 %) et de l'allemand (14 %). Cette implantation de l'anglais était déjà visible il y a quelques années. En 1900, par exemple, l'anglais était la deuxième langue parlée par 42 % des jeunes Européens, contre seulement 19 % pour le français. D'après l'étude de David Fernández Vítores, professeur à l'université Complutense de Madrid, il en va de même pour les institutions européennes. En 1986, 56 % des textes de la Commission européenne étaient rédigés en français et 26 % en anglais. Or, en dix ans à peine, ce chiffre a radicalement changé ; en 1996, 45 % de ces textes étaient rédigés en anglais contre seulement 26 % en français.

1.2 Combien de personnes parlent l'anglais ?

Combien de personnes parlent l'anglais ?

Au cours du siècle dernier, l'expansion de l'anglais au niveau international a été fulgurante. Une étude récente (2019) présente des données qui corroborent cette affirmation et révèle que l'anglais est la deuxième langue de près de 1 500 millions de personnes, ce qui en fait la langue la plus parlée du monde, devant le chinois et l'hindi. Néanmoins, le nombre de natifs de langue anglaise est plus bas, avec seulement 375 millions d'individus, ce qui démontre que cette langue est devenue la langue de communication par excellence.

2. Principales différences entre l'anglais britannique et l'anglais américain

Après avoir mis en évidence l'importance de l'anglais à l'heure actuelle, nous allons présenter les différences entre l'anglais britannique et américain classées en fonction de leur catégorie. Ainsi, il existe des différences lexicales, phonétiques, grammaticales, et, bien évidemment, culturelles.

Principales différences entre l'anglais britannique et l'anglais américain

2.1 Différences lexicales

Bien que nous n'en soyons pas toujours conscients, il existe un très grand nombre de différences lexicales entre ces deux variantes linguistiques. Nous avons certainement vu ou utilisé ces variantes, en mélangeant l'anglais britannique et américain sans y attacher la moindre importance. Cependant, cet emploi peut s'avérer inapproprié dans un contexte de communication formelle ou publicitaire. Imaginez qu'un site Web gastronomique s'adressant au marché britannique présente une publicité qui emploie le mot eggplant (US) à la place du terme aubergine (UK), ou zucchini (US) au lieu de courgette (UK). Ou bien que ce site publie une délicieuse recette de guacamole, dont l'un des ingrédients est la coriandre, et qu'ils utilisent le terme cilantro (US) au lieu de coriander (UK), ou qu'il présente une recette de cookies (US) plutôt que de biscuits (UK). Bien que les réactions puissent varier d'une personne à l'autre, le site aura manqué l'occasion de créer un message ciblé et pensé pour les visiteurs britanniques.

Américains et Britanniques

Les Américains et les Britanniques utilisent également des termes différents pour désigner les transports. Demander où se trouve le métro dans une ville américaine en utilisant le terme underground (UK) au lieu de subway (US) ne vous avancera pas à grand-chose. Il en va de même lorsqu'on appelle un taxi (UK) aux États-Unis au lieu de dire un cab (US). Ainsi, tandis que d'un côté de l'Atlantique le termetrucks (US) désigne les camions, outre-Manche, on parle de lorries (UK) . Même chose pour l'essence : les Américains emploient le terme gaz ou gasoline, tandis que les Britanniques préfèrent parler de petrol.

Les différences lexicales sont nombreuses et peuvent parfois être à l'origine de problèmes de communication. Cliquez ici pour voir plus d'exemples.

2.2 Différences phonétiques

Même si nous n'avons pas un excellent niveau d'anglais, nous pouvons remarquer qu'il existe des différences phonétiques lorsque nous regardons un film en anglais américain (movies) ou en anglais britannique (films).

Différences phonétiques

2.2.1 L'anglais américain prononce clairement les « r »

Tout d'abord, il existe une grande différence dans la prononciation des mots se terminant par « r ». L'anglais américain prononce la consonne finale, tandis que cette dernière est omise en l'anglais britannique. Ainsi, en écoutant un animateur radio qui commente un match de football, il est possible de déduire s'il est britannique ou américain selon qu'il prononce ou non le « r » final dans le mot corner. Il en va de même pour des mots tels que computer, fear, your ou hair

2.2.2 Voyelles ouvertes vs voyelles fermées

Ce qui différencie également ces deux variantes sont les voyelles. Les Américains prononcent les voyelles de manière plus ouverte. Ainsi, tandis que les Britanniques prononcent le « o » comme les Français (c'est-à-dire de façon fermée), les Américains allongent le son, ce qui donne un son plus proche de notre « a ». Cette variation est particulièrement évidente pour des termes tels que hospital ou bottle.

2.2.3 Accent tonique sur différentes syllabes

Accent tonique sur différentes syllabes

Pour finir, la place de l'accent tonique dans les mots est également très révélatrice. Bien souvent, l'anglais américain et l'anglais britannique mettent en relief une syllabe différente, comme dans les mots address ou chocolate.

2.2.4 Des sons « t » qui sonnent comme le « r »

Des sons « t » qui sonnent comme le « r »

Une des particularités de l'accent américain est la prononciation du « t » de façon similaire au « r » quand la lettre « t » se trouve au milieu du mot. Ainsi, le mot « water » se prononce de manière différente en anglais américain et en anglais britannique : dans le premier cas, la lettre « t » se prononce comme un « r », et dans le second cas, on ne prononce pas le « r » final.

2.3 Différences orthographiques

Le Dictionnaire américain de la langue anglaise a introduit des modifications significatives par rapport à l'anglais britannique, notamment en ce qui concerne l'orthographe. Voici les trois principales différences orthographiques qui sont probablement les plus répandues.

Différences orthographiques

2.3.1 Mots se terminant par « -tre » ou « -ter »

L'anglais américain a modifié l'orthographe d'un certain nombre de mots ayant une terminaison en « -tre » (UK) pour la remplacer par « -ter » (US). Ainsi, un Américain ira au « theater » ou dans le « city center ». Cette modification peut sembler banale, mais il ne faut pas s'y tromper. Par exemple, dans la traduction d'un texte technique, il est essentiel de savoir précisément quelle est la langue cible, l'anglais américain ou britannique, car cela déterminera s'il faut employer « meter » ou « metre ».

2.3.2 Mots se terminant par « -ce » ou « -se »

Dans l'anglais américain, un grand nombre de mots ont une terminaison « -ce » au lieu de « -se », ce qui le distingue de l'anglais britannique. À titre d'exemple, nous pouvons citer les mots defense, offense ou license.

2.3.3 Mots se terminant par « -our » ou « -ur »

Nous devons également mentionner les mots britanniques finissant par « -our ». Pour ces dernières, l'anglais américain a choisi de supprimer la lettre « u ». Ainsi, aux États-Unis, des mots tels que colour, honour, humour, labour ou neighbour s'écrivent color, honor, humor, labor et neighbor.

2.3.4 Mots avec le suffixe « -ise » o « -ize »

Pour finir, voici une autre différence : en anglais britannique, les mots avec le suffixe « -ise » tels que customise, organise, specialise ou apologise s'écrivent fréquemment avec le suffixe « -ize » en anglais américain, ce qui donne lieu à customize, organize, specialize ou apologize.Grâce à ces différences, nous pouvons par exemple déduire que le groupe One Republic est américain, comme nous l'indique l'un de ses plus grands tubes : Apologize

2.4 Différences grammaticales

Bien que les différences grammaticales entre ces deux variantes linguistiques ne soient pas nombreuses, il existe quelques exceptions qui doivent être soulignées.

2.4.1 Temps verbaux différents

Les Britanniques ont tendance a utiliser le present perfect, alors que les Américains privilégient le prétérit :

Royaume-Uni : I have bought this album yesterday in a music shop.

États-Unis : I bought this album yesterday in a music store.

2.4.2 Variété des prépositions

L'utilisation des prépositions constitue une autre différence grammaticale qui peut nous induire en erreur. Pour faire référence au week-end, les Britanniques utilisent la préposition at, alors que les Américains utilisent on. De même, pour parler des institutions académiques, l'anglais britannique emploie « at », alors que l'anglais américain utilise « in » :

Royaume-Uni : She studies law at the university.

États-Unis : She studies law in the university.

2.4.3 Have et Have got

Une autre nuance courante, qui passe parfois inaperçue, est la différence entre have et have got. Ce sont deux manières d'exprimer la possession en anglais, mais en anglais britannique il est plus fréquent d'employer have got, tandis que l'anglais américain a plutôt tendance à utiliser simplement have.

Royaume-Uni : I have got two brothers and a sister.

États-Unis :I have got two brothers and a sister.

2.4.4 Devons-nous utiliser « take » ou « have » ?

Enfin, il existe des différences d'usage entre have et take lorsqu'il s'agit d'exprimer une action. Au Royaume-Uni par exemple, nous dirions I will have a nap, alors qu'aux États-Unis nous dirions I will take a nap. Il en va de même pour have a shower ou have a bath.

2.5 Différences culturelles

En tant qu'agence de traduction, nous savons que dans ce domaine il ne faut pas se contenter de faire attention aux aspects purement linguistiques : il faut également prendre en compte les aspects culturels, car ils sont déterminants pour identifier correctement le message du texte d'origine et l'adapter au public cible.

2.5.1 Le mètre n'est pas une mesure universelle

Unités de mesure anglo-saxonnes

Le Royaume-Uni et les États-Unis partagent la même langue et ont inévitablement des traits culturels communs qui les distinguent du reste du monde, comme par exemple les unités de mesure anglo-saxonnes. Ce point est particulièrement intéressant, car les États-Unis ont introduit quelques modifications par rapport au système impérial utilisé par le Royaume-Uni afin de se distinguer une fois de plus des Britanniques. La principale modification a porté sur le gallon, une unité de volume utilisée pour mesurer la quantité d'essence par exemple, qui s'emploie aux États-Unis et dans quelques pays américains tels que Porto Rico, le Panama ou le Pérou. Le gallon britannique ou impérial correspond à 4,54 litres, alors que le gallon américain équivaut à 3,78 litres.

2.5.2 Le format des dates

Le format des dates

D'autres exemples illustrent plus clairement ces variantes linguistiques qui sont particulièrement importantes dans le cadre d'une traduction. L'un des exemples, qui est à la fois pertinent et quotidien, porte sur le format des dates. Dans le format américain, le mois est placé avant le jour, alors que dans le format britannique, tout comme le français, le jour précède le mois. Ainsi, si nous nous trouvons face à un document américain qui mentionne la date 05/02/2019, nous devons être vigilants et savoir que cette date fait référence au 2 mai 2019. Par contre, dans un document britannique, cette même date fera référence au 5 février 2019.

2.5.3 La question à un milliard

La question à un milliard

Dans un pays qui compte autant d'habitants que les États-Unis (328,2 millions, pour être précis), il est fréquent d'utiliser le terme billion pour parler de chiffres importants, dans le cadre des budgets fédéraux par exemple. Rappelons qu'en français, ce nombre ne correspond pas à « billion », mais à « milliard ». Ainsi, ce qui nous paraît être un million de millions (1012), aux États-Unis et au Royaume-Uni, ce nombre désigne en réalité un milliard (109). Ce qui est curieux, au-delà de la différence culturelle entre le français et l'anglais, c'est que l'anglais britannique employait auparavant le terme billion comme dans l'usage français. Pour une fois, c'est le Royaume-Uni qui s'est adapté aux États-Unis en adoptant la version américaine de billion en 1974. L'ancien billion britannique (1012), est devenu le trillion.

2.5.4 L'âge de la majorité

Un autre fait surprenant est la différence qui existe entre les deux pays en ce qui concerne l'âge de la majorité. Étant donné que les lois américaines et britanniques sont différentes et que dans la plupart des pays, y compris le Royaume-Uni, on atteint la majorité à 18 ans, on pourrait penser que l'âge de la majorité est le même dans les deux pays. Or, aux États-Unis on atteint la majorité à 21 ans. Cela peut sembler étonnant étant donné que la législation américaine permet aux adolescents d'obtenir leur permis de conduire dès l'âge de 16 ans. Quoi qu'il en soit, il s'agit d'une différence fondamentale à prendre en compte pour la traduction juridique.

2.5.5 Humour britannique et humour américain : sont-ils les mêmes ?

Humour britannique et humour américain : sont-ils les mêmes ?

Pour finir, il ne faut pas oublier l'un des traits les plus caractéristiques de chaque culture : l'humour. Chaque culture perçoit la vie différemment, et dans le cas des Britanniques, cette perception est généralement pragmatique et négative. Cela se reflète dans leur humour pince-sans-rire et très sarcastique qui comporte quelques touches intellectuelles. Les Américains par contre, sont considérés plus optimistes, avec un humour plus banal et moins ironique. Pour vous amuser à observer ces différences, vous pouvez comparer les deux versions (la britannique, diffusée en 2001, et l'américaine, diffusée en 2005) de la série The Office.

3. L'origine de ces différences

3.1 La distance nous sépare

La distance nous sépare

Pour bien comprendre les raisons qui ont conduit à reconnaître deux variantes de l'anglais (britannique et américain), il faudrait analyser chaque exemple en détail, car il existe fréquemment plusieurs raisons qui peuvent conduire à la création de ces variations. En revanche, il est clair que la distance géographique a contribué à accentuer ces différences. Bien que l'anglais britannique compte des nombreux accents régionaux, comme par exemple l'anglais parlé à Sheffield ou à Norwich, ces différences ne sont pas si importantes. En effet, ces accents partagent le même territoire, ainsi, la plupart des différences sont liées à la prononciation.

3.2 Chaque pays a sa propre histoire

En raison de leur histoire, les États-Unis sont un pays multiethnique comptant une multitude de peuples et de cultures. Comparé à l'anglais britannique, l'anglais américain a été influencé par d'autres cultures de manière plus directe et plus récente, ce qui a façonné la variante américaine. L'une des principales influences que connaît l'anglais américain est l'African-American English, le dialecte des Afro-Américains, soit 12,4 % de la population totale des États-Unis en 2014. Certains linguistes tels que John McWorther soutiennent que ce dialecte, généralement stéréotypé et associé aux classes défavorisées, devrait avoir un statut propre et ne devrait pas être simplement considéré comme une influence de l'anglais américain standard. Ce qui est certain, c'est que ce dialecte va se développer et jouer un rôle crucial dans l'évolution de l'anglais américain.

3.3 Dictionnaires sur mesure

Création de dictionnaires

Une autre raison fondamentale est la création de dictionnaires américains et britanniques. Noah Webster, auteur de l'ouvrage An American Dictionary of the English Language, a décidé de s'éloigner et de souligner l'indépendance des États-Unis vis-à-vis du Royaume-Uni par le biais de la langue. Il a ainsi modifié certains aspects de l'orthographe et de la prononciation de l'anglais britannique. Cela explique, par exemple, le changement de la terminaison « -ise » que nous avons abordé précédemment.

4. L'importance des détails

Après avoir analysé quelques différences entre l'anglais britannique et américain, nous sommes parvenus à la conclusion, une fois de plus, que la traduction accordait une importance particulière aux détails mais n'appréciait pas l'improvisation. Voilà pourquoi nous avons besoin de traducteurs ayant des connaissances linguistiques et culturelles approfondies.

Utiliser des outils de traduction automatique

Nous avons également constaté qu'il était préférable de ne pas utiliser des outils de traduction automatique pour réaliser des traductions spécialisées, car ces derniers ne nous permettent pas de déterminer avec précision la variante sur laquelle ils s'appuient. Pour parvenir à un résultat professionnel et de qualité, il est essentiel de faire appel à une agence de traduction disposant d'une équipe de traducteurs capables de reconnaître ces variantes et de les mettre correctement en pratique au cas par cas.

5. Bibliographie

Acosta Urbano, Lourdes (2015). Inglés británico vs. Inglés americano: diferencias gramaticales. Revue numérique de l'INESEM. Source : https://revistadigital.inesem.es/idiomas/ingles-britanico-vs-ingles-americano-2/

Donesch-Jezo, Eva (2012). English for Specific Purpose: What does it mean and why is it different from teaching General English? Source : https://bit.ly/35hH9HY

Eurobaromètre (2006). Europeans and their Languages. Commission européenne. Source : https://ec.europa.eu/commfrontoffice/publicopinion/archives/ebs/ebs_243_en.pdf

Maxwell, Kerry ; Clanfield, Lindsay. Differences in American and British English grammar - article One stop English. Source : http://www.onestopenglish.com/grammar/grammar-reference/american-english-vs-british-english/differences-in-american-and-british-english-grammar-article/152820.article

Sitzman, Ryan. Diferencia entre el inglés británico y americano: la guía definitiva. FluentU. Source : https://www.fluentu.com/blog/english-esp/diferencia-entre-ingles-britanico-y-americano/

Portrait de Zoe Lorente
Zoe Lorente

Licenciada en traducción a falta de Trabajo Fin de Carrera. Gestora de Proyectos y traductora del francés y alemán al español en prácticas universitarias de septiembre 2019 a junio 2020.

Ajouter un commentaire