|
|

Quels sont les mots intraduisibles à travers le monde ?

Publié le 17/10/2022

En règle générale, presque tous les mots de n'importe quelle langue peuvent être traduits dans n'importe quelle autre langue. Pour cela, et dans de nombreux cas, le recours à une société de traduction comme la nôtre permet de parvenir à un bon résultat. Toutefois, même des professionnels expérimentés comme ceux de notre équipe ne sont pas en mesure de traduire certains mots.

Quelques uns sont effectivement considérés comme intraduisibles. Ils sont présents dans le monde entier, et beaucoup d'entre eux font référence à l'affect et aux émotions.

1. Les mots espagnols ne pouvant être traduits dans d'autres langues

Le dictionnaire de l'Académie royale espagnole compte environ quatre-vingt-dix mille mots. Près de la majorité d'entre eux sont traduisibles, mais certains, très spécifiques, ne le sont pas. Le terme « anteayer » (« avant-hier ») qui trouve son équivalent dans quelques langues seulement,en est un bon exemple.

Il est courant que certains mots intraduisibles fassent référence à une coutume ou à une tradition profondément enracinée dans leur région d'origine. C'est précisément le cas du mot « siesta » (« sieste »). Faute de pouvoir être traduit dans certains pays, ce terme faisant référence à un moment de repos, est utilisé tel quel.

Et la liste des mots intraduisibles en espagnol ne s'arrête pas là. En plus de ceux déjà mentionnés, il en existe d'autres tels que « friolero » (« frileux »). Si la sensibilité au froid concerne de nombreux ressortissants étrangers, ceux-ci n'ont parfois d'autre choix que de la décrire littéralement, faute de pouvoir recourir à un terme spécifique.

Aussi bien les synonymes que les descriptions littérales peuvent ainsi être employés par notre équipe dans le cas d'une demande de traduction de l'espagnol vers une autre langue. Par exemple, si le mot « anteayer » (« avant-hier ») figure dans un texte à traduire en anglais, celui-ci sera substitué par les expressions « the day before yesterday » ou « two days ago » (littéralement « le jour avant hier » et « il y a deux jours »).

2. L'allemand est l'une des langues qui compte le plus grand nombre de mots intraduisibles

Si au vu des exemples que nous avons donnés, vous pensez que l'espagnol possède bien assez de termes intraduisibles, sachez que l'allemand n'est pas en reste. Leterme « warmduscher », qui désigne une personne incapable de sortir de sa zone de confort, en est un bon exemple.

Il est également pertinent de mentionner ici un autre mot allemand intraduisible. Il s'agit du terme « drachenfutter », qui peut être traduit littéralement parl’expression « nourriture pour dragons », qui n’a aucun sens telle quelle. Ce terme fait référence au cadeau que l'on offre à son conjoint en vue de se faire pardonner un comportement jugé incorrect.

Un autre mot allemand qui ne peut être traduit est « kabelsalat ». Il s'agit du terme utilisé spécifiquement pour désigner l'enchevêtrement de câbles d'écouteurs, de chargeurs, etc. fréquemment rencontré à l'intérieur des sacs à dos et des sacs à main.


Ajoutons enfin à cette liste un dernier terme allemand intraduisible : « kummerspeck ». Ce mot fait référence à la prise de poids résultant du fait que l'on mange davantage lorsqu'on est triste ou anxieux, phénomène que nombre de personnes ont expérimenté elles-mêmes.

3. Voyons maintenant quelques-uns des mots intraduisibles existant de par le monde.

Au-delà de nos frontières, il y a aussi des pays ayant des mots qui leur sont propres et qui, pour une raison ou une autre, ne peuvent être traduits non seulement en espagnol, mais aussi dans d'autres langues. Commençons par un pays voisin : Au Portugal, un de ces termes intraduisibles est « saudade ». Il fait référence au manque, au désir de ce qui n'est plus, de ce qui est aujourd’hui inaccessible. Pour le traduire, le meilleur synonyme possible est le terme « nostalgie ».

Passons maintenant du portugais ibérique, à celui parlé au Brésil. Il existe là-bas un mot qui est particulièrement intraduisible : « cafuné ». En gros, ce terme fait allusion au fait de caresser les cheveux d'une personne aimée, de façon délicate et affectueuse.

Autres mots intraduisibles : « jayus » et « akihi ». Le premier est indonésien et désigne les blagues qui, bien que mauvaises, finissent par susciter le rire. Le second est spécifique à Hawaï et fait référence à une personne qui, après avoir reçu des consignes, les oublie.

Ces articles pourraient vous intéresser :

Portrait de Virginia Pacheco
Virginia Pacheco

Rédactrice de blogs et responsable de communauté intéressée par le multiculturalisme et la diversité linguistique. Depuis sa Vénézuela natale, elle a beaucoup voyagé et vécu en France, en Allemagne, au Cameroun et en Espagne, transmettant ses expériences interculturelles à sa passion pour l'écriture.

Ajouter un commentaire