|
|

Vous utilisez Wordfast sur Linux ? Prenez garde aux raccourcis clavier !

Les traducteurs qui utilisent Linux sont sans doute peu nombreux. Le simple fait que l'outil de TAO le plus répandu sur le marché, SDL Studio, n'ait pas été conçu pour fonctionner sous Linux n'encourage pas les traducteurs à s'intéresser à ce système gratuit, libre et efficace. Il apparait toutefois comme une excellente alternative à Windows ou Mac.    De plus, il existe beaucoup de logiciels de traduction, dont certains peuvent être utilisés sous Linux (vous pouvez consulter la liste de ces logiciels ici : Linux for translators ). Cependant, si vous êtes un traducteur ou une traductrice intéressé(e) par Linux, vous devez savoir qu'il est compatible avec une gestion de projet de traduction professionnelle. Il suffit juste de choisir un outil de TAO autre que SDL Trados ; et c’est parti !

Mon premier choix : Wordfast

En ce qui me concerne, j’utilise Wordfast depuis que j’ai commencé mon activité de traductrice. En effet, la formation en TAO que j'ai reçue pendant mes études de traduction avait été faite sur cet outil.    D’autre part, Wordfast met à votre disposition une version d’essai gratuite, ce qui tombe à point nommé pour les traducteurs qui débutent et qui disposent de peu de ressources. Cette version d’essai n’a pas de date d’expiration. La seule limite est le nombre d’unités de traduction dans chaque mémoire de traduction ; il ne peut pas dépasser 500 unités. J’ai toujours été satisfaite de Wordfast. J’ai donc acheté la licence il y a un peu plus d’un an.

Durant la période où j'ai utilisé Wordfast, je n'ai eu qu'un seul incident technique ennuyeux. C'était lié au fait de travailler sur Linux Ubuntu, et je le dis ici pour des collègues qui pourraient rencontrer le même problème. Un jour, alors que je travaillais sur Wordfast, après une mauvaise manipulation, ma fenêtre de travail a brusquement disparu. Le programme était ouvert ; je voyais le menu en haut de l’écran, mais pas la fenêtre. J’ai tout essayé ; j’ai cliqué partout dans le menu, car je pensais avoir modifié par inadvertance les paramètres de l'écran Wordfast, mais mes efforts étaient vains. J'ai dû ouvrir une deuxième fenêtre de travail, dans laquelle j'ai rouvert le document sur lequel je travaillais.

Et ça a duré des mois. Un jour, alors que je changeais d'espace de travail (car dans Ubuntu, il est possible d'avoir plusieurs bureaux virtuels), j'ai vu du coin de l'œil une très petite fenêtre (vraiment petite, environ 1 cm par 1 cm) : c’était la fenêtre de Wordfast ! Je l’ai agrandie, et tout est revenu à la normale.

Mon premier choix : Wordfast

Mais alors, que s’était-il passé ?

En faisant des recherches sur comment changer la taille des fenêtres de travail sous Ubuntu, j’ai trouvé la réponse : comme cette page l’explique, il est possible d’agrandir ou de réduire la taille des fenêtres avec le raccourci clavier Ctrl + Majuscule+ ↑ ou ↓. Ces raccourcis sont similaires sur Wordfast, mais certains varient. De ce fait, sur Wordfast, le raccourci Alt + ↑ ou ↓ permet de passer d’un segment à un autre, précédent ou suivant. Étant donné que les touches Majuscule et Alt sont l’une à côté de l’autre, il est facile de se tromper. Mystère résolu !

Comme je l'ai dit au début de cet article, je suis, de façon générale et malgré cet incident, satisfaite de Wordfast. Mais depuis quelque temps déjà, j'ai envie d'essayer OmegaT, un outil de TAO qui a le mérite d'être un logiciel libre. J’ai donc décidé de l’utiliser pour mon prochain projet de traduction.

Et vous, vous êtes-vous déjà intéressé à Linux ?
 

Portrait de Agnese Pignataro
Agnese Pignataro

Agnese Pignataro es traductora profesional y ofrece servicios lingüísticos entre el francés y el italiano. Sus áreas de especialidad son el ámbito turístico, financiero y jurídico. En el interesantísimo blog de su página web, se interesa en la representación del plurilingüismo en novelas y películas, el aprendizaje de un idioma extranjero, la comunicación entre locutores de idiomas diferentes, la traducción…