|
|

5 erreurs de traduction historiques

Publié le 30/08/2021

À travers l’histoire, les erreurs de traduction ont contribué à de nombreuses incompréhensions entre les peuples, aboutissant parfois à d’effroyables dénouements.

L’erreur est certes humaine : elle peut se produire même pour des traducteurs ou interprètes intègres qui ne cherchent qu’à faire leur travail au mieux de leurs capacités et qui œuvrent pour des traductions fidèles et de qualité.

Voici les 5 erreurs de traduction qui nous ont paru les plus marquantes.

1. Une horrible erreur de traduction à l’origine du bombardement d’Hiroshima

Une horrible erreur de traduction à l’origine du bombardement d’Hiroshima

En 1967, l’historien américain William Craig publie un livre intitulé « The Fall of Japan » (« La chute du Japon »), dans lequel il expose une erreur de traduction qui pourrait bien avoir été à l’origine du bombardement d’Hiroshima du 6 août 1945.

Devant un ultimatum adressé par les Alliés aux Japonais, le Conseil de guerre suprême avait indiqué à la presse que sa réponse avait été « mokusatsu », ce qui peut se traduire de plusieurs façons différentes : « aucun commentaire », ou « traiter avec mépris » ou encore « ignorer ».

La version retenue par les journalistes avait été « Nous rejetons catégoriquement votre ultimatum », alors que tout porte à croire que c’est bien la première traduction évoquée qui se rapproche le plus du sens original, comme l’indique le blog du Master Traduction Spécialisée Multilingue (TSM) de l'Université de Lille.

Malheureusement, ce qui a été ensuite publié dans tous les journaux et qui a déclenché le sinistre bombardement nucléaire d’Hiroshima causa la mort d’au moins 70 000 personnes.

2. Une mauvaise traduction à l’origine de la prolongation de la guerre en Géorgie en 2008

Une mauvaise traduction à l’origine de la prolongation de la guerre en Géorgie en 2008

Les Russes avaient été accusés en 2008 du non-respect du cessez-le-feu dans le cadre du conflit en Géorgie, ce qui a eu pour effet de prolonger les hostilités d’un mois, alors que la France présidée par Nicolas Sarkozy tentait à l’époque de jouer le rôle de médiateur.

Or les Russes ont été bien vite accusés à tort, alors qu’il s’est par la suite avéré qu’une malheureuse erreur de traduction dans le traité de paix avait été à l’origine de ce malentendu, comme cela a été reconnu par le ministre français des affaires étrangères français Bernard Kouchner.

3. Erreur de traduction biblique

Erreur de traduction biblique

Plusieurs erreurs de traduction de la Bible sont restées dans les annales, sans être par la suite corrigées, car elles n’ont pas porté atteinte au sens lui-même.

L’une d’entre elles concerne le proverbe « Il est plus facile à un chameau de passer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume des Cieux ».

C’est une expression connue, toutefois, il s’agit d’une erreur de traduction née d’une confusion entre les mots grecs « kamelos » (chameau) et « kamilos » (câble).

4. Traductions trop littérales à l’origine de malentendus

Traductions trop littérales à l’origine de malentendus

Le 21 décembre 1944 à Bastogne, en Belgique, 18 000 Américains sont encerclés par 45 000 Allemands. Ces derniers transmettent un message aux assiégés pour qu’ils se rendent.

Le Général Anthony McAuliffe, en charge des troupes américaines leur répond « nuts », ce qui signifie littéralement « des noix » (« vous êtes dingues »).

Cela a laissé les généraux de la Wehrmacht dans l’incompréhension la plus totale car leur traducteur n’était pas très doué. 
Au point qu’ils ont envoyé un nouveau message pour leur demander si c’était positif ou négatif — le général en question a ensuite confirmé que c’était bien sûr négatif. Le siège de Bastogne prit fin le 27 décembre.

5. Erreurs de traduction présidentielles

Erreurs de traduction présidentielles

Un voyage du président américain Jimmy Carter en 1977 en Pologne a failli tourner court à cause d’un interprète qui a complètement déformé ses propos.

« Ce matin, j’ai quitté les États-Unis, » s’est ainsi transformé en « Ce matin, j’ai quitté à jamais les États-Unis » et « Je suis venu pour connaître vos opinions et comprendre vos perspectives d’avenir », a abouti à une traduction farfelue indiquant que le président les désirait sexuellement et voulait voir leurs parties intimes !

Fort heureusement, tout le monde était de bonne humeur et aucun incident diplomatique ne fut à déplorer ce jour-là à cause de l’incompétence de ce traducteur.

Ces 5 erreurs de traduction historiques sont des évènements regrettables qui auraient pu être évitées avec une équipe de traducteurs plus qualifiés.

Notre agence de traduction AL traductions  promeut des traductions de qualité professionnelle et nos traducteurs sont au contraire très expérimentés.

Portrait de Virginia Pacheco
Virginia Pacheco

Rédactrice de blogs et responsable de communauté intéressée par le multiculturalisme et la diversité linguistique. Depuis sa Vénézuela natale, elle a beaucoup voyagé et vécu en France, en Allemagne, au Cameroun et en Espagne, transmettant ses expériences interculturelles à sa passion pour l'écriture.

Ajouter un commentaire